4 ans plus tard - Collectif Cusinage
16786
single,single-portfolio_page,postid-16786,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
Category
Linda

4 ans plus tard

Série de 7 photographies noir et blanc, dimensions variables

 

Interprétation :

4 ans plus tard, c’est la reprise de la série Les Oies blanches. Le thème de la précarité financière des femmes, de la détresse des itinérantes, victimisées par leur genre m’interpelle toujours. Le nombre de femmes disparues n’a pas diminué. Le sujet étant toujours d’actualité, il me semblait que ces jupons avaient encore quelque chose à dire. Cette fois, j’ai voulu exploiter le noir, emblème du désespoir, de la peur et de la mort ; attaquer la couleur opposée de la première série, sans en perdre la poésie, représentait un beau projet.

Tout comme le temps obscurcit les souvenirs, le rendu des jupons en positif et négatif supprime les détails des dessous. Pourtant les silhouettes demeurent très présentes ; qu’elles soient blanches ou noires, elles s’emparent de l’espace sans qu’il soit possible d’identifier où elles se trouvent. Le reflet des arbres s’est substitué en racines dont le parcours semble interrompu. L’eau a basculé en astres ; nous sommes ailleurs. Le travail en aplat rajeunit les victimes et permet d’élargir la narration. Deux, c’est l’histoire des fillettes qui ne sont jamais revenues.

Le noir a aussi complètementdémantelé le contexte. D’autres cotillons sont apparus à la verticale évoquant de jeunes et jolies femmes qui se tiennent encore debout. En traitement d’image, la filasse, la laine et le plâtre offrent une texture stimulante ; les courbes s’accentuent, des trous noirs remplacent les cœurs ; difficile d’en sortir intacte. Rappelant un peu la technique du clair-obscur, ce rendu plus vaporeux révèle que ces femmes dissimulent encore des vérités inavouées. Les craquelures, les torons sur les seins et la filasse hérissée peuvent laisser imaginer que des drames ont laissé des marques.